Ils étaient plus de 8 milliards en 2017. D’ici 2020, 40 milliards d’objets connectés fonctionneront dans le monde, auprès des particuliers et des entreprises. Leurs applications directes sur la consommation d’énergie, au sein de toutes les structures collectives plus particulièrement, est un des maillons de la chaîne de la transition énergétique.

Capteurs et réseau IoT interconnecté

L’IoT, pour Internet on Things (Internet des objets), désigne les objets connectés qui nous entourent désormais partout, de la maison au bureau. Mais au sein des entreprises, l’IoT fait partie d’un véritable réseau interconnecté, composé avant tout de capteurs. Plus ou moins élaborés, ils entraînent tous une avancée fondamentale pour l’efficacité énergétique.

Imaginer l’entreprise et les bâtiments à travers le prisme de la transition énergétique passe inévitablement par une utilisation des IoT. Une utilisation autonome et automatique. Si, dans le domaine de l’énergie, les compteurs Linky ou GazPar comptent parmi les plus connus, d’autres objets permettent de gérer des flux en se basant sur des données de consommations en direct. Ils sont aussi capables d’intervenir sur l’organisation quotidienne de l’entreprise. Eau, gaz, électricité, mais aussi chauffage urbain et fréquence de passage sont autant d’applications possibles pour ces outils.

Les capteurs connectés permettent en effet de calculer et de transmettre la température intérieure et extérieure, notamment en fonction de la présence dans une pièce, pour adapter le chauffage. Certains d’entre eux détectent la présence humaine puis la luminosité pour adapter l’éclairage. D’autres servent directement à l’organisation quotidienne du bâtiment, pour faciliter l’occupation des bureaux. Un système connecté permet ainsi de gérer automatiquement l’occupation de salles de réunion ou de salles de classe, et ainsi libère les professionnels de cette tâche. Les salles inoccupées ne sont, dès lors, plus chauffées pour rien et le chauffage des salles occupées est adapté.

Par conséquent, l’IoT est un levier de croissance pour les industries, les entreprises, les commerces, ainsi qu’une pierre à l’édifice pour l’économie des services publics. En effet, par leur prix accessible et leur effet immédiat sur la consommation, les objets connectés permettent un retour sur investissement rapide.

 

Des réseaux spécifiques et économes en énergie

Auparavant, les objets connectés fonctionnaient en majorité sur les réseaux internet classiques. Ils peuvent en effet toujours utiliser un réseau 2G/3G/4G ou tout simplement la connexion wifi habituelle.

Mais des acteurs de l’IoT ont mis au point des réseaux spécifiques, avec un débit faible qui correspond au besoin de ces outils. Il s’agit des réseaux LPWAN pour Low Power Wide Area Network. Ce système de liaison sans fil permet aux objets connectés, tels que les capteurs, de fonctionner de façon autonome, avec une longue portée. Et ce, pendant de longues années sans intervention humaine.

 

Plusieurs acteurs se sont positionnés sur ce procédé qui présente de très nombreux avantages. Deux principaux réseaux se font concurrence à l’heure actuelle, LoRa et Sigfox. Bouygues Telecom, à travers sa filiale Objenious, et Orange ont déployé le réseau LoRa pour leurs clients. Entreprises et collectivités territoriales, sur 95 % du territoire pour le moment, peuvent avoir accès à ce service, à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments.

Pour intégrer à sa structure les objets connectés qui auront une réelle incidence sur la gestion des énergies, le mieux est d’opter pour un véritable réseau interne géré par une entreprise spécialisée dans l’efficacité énergétique. Elle installera à la fois les capteurs mais aussi tout le système de monitoring accessible en ligne, qui permet de se tenir informé, de piloter certains capteurs, et d’être alerté en cas de problème.

Une consommation d’énergie gérée automatiquement, des postes énergivores détectés et des gâchis évités, voilà comment les objets connectés sont utiles aux entreprises et collectivités territoriales dans leur transition énergétique. Ils permettent ainsi une consommation d’énergie raisonnée et sans contraintes.