Guide de l’IoT : l’Internet des objets

Guide de l’IoT : l’Internet des objets

Définition de l’IoT

IoT signifie Internet of Things, soit l’Internet des objets. De prime abord, cela concerne l’ensemble des objets connectés. Tels que vous les connaissez, ces derniers utilisent le Wi-Fi de votre maison, de votre bureau, ou le réseau de votre téléphone. Mais contrairement à ceux que l’on connaît, ceux de l’IoT n’utilisent pas forcément le réseau Wi-Fi mais aussi des réseaux spécifiques bas débit qui consomment donc très peu d’énergie (LoRa, Sigfox, NB-IoT et LTE-M). De même, leur fréquence est minimale, elle équivaut par exemple à celle des télécommandes pour ouvrir une voiture ou un portail. Certains capteurs d’IoT sont même capables de s’auto-alimenter en absorbant l’énergie. Si bien que la durée de vie de leur batterie est extrêmement longue, plus d’une décennie.

Appliqué justement aux problématiques de l’efficacité énergique – ou de la performance énergétique, l’IoT sert à mesurer la consommation des bâtiments. Tout comme il permet de sécuriser les réseaux, par exemple de gaz et d’électricité, et d’automatiser les débits et la gestion des stocks. Entre autres !

——

C’est une révolution technologique encore discrète pour la plupart des gens mais qui va pourtant changer une grande partie de leur vie quotidienne, du bureau à la maison. L’Internet des objets (IoT) déferle partout dans le monde et les objets en question devraient atteindre le nombre de 30 milliards d’ici 2020, autant dire demain. Mais de quoi s’agit-il concrètement ?

 

 L’IoT et les capteurs connectés

Comment fonctionne l’Internet des objets ?

 L’IoT est, d’une certaine manière, la transcription d’Internet dans les fonctions du quotidien. Si d’un côté nous utilisons Internet sur ordinateur et sur smartphone, l’IoT est quant à lui l’utilisation par les objets eux-mêmes d’un réseau connecté. Pour cela, les objets sont munis de capteurs capables de recevoir et de transmettre des informations dans de très nombreux domaines.

 Qu’est-ce qu’un capteur IoT ? À quoi sert-il ?

Dans le domaine de l’énergie, par exemple, les capteurs intégrés aux objets calculent toutes les données nécessaires à une action à réaliser. Dans les bureaux d’une entreprise, ou dans une habitation, des capteurs intégrés au système de chauffage peuvent déterminer le thermostat en fonction de la présence dans une pièce. Ou encore, pour la lumière, en fonction de la présence et de la luminosité extérieure, comme pour l’ouverture et le sens des stores. À l’heure où les entreprises cherchent à optimiser l’occupation de l’espace, les capteurs permettent aussi d’organiser automatiquement les plannings des salles.

À plus grande échelle, les capteurs sont aussi à la base d’un bâtiment connecté ou d’une smart-city. De l’éclairage public aux feux de signalisation, ou à la détection des piétons, les capteurs doivent améliorer le quotidien et entraîner une économie d’énergie.

Qu’est-ce qu’une plateforme IoT ?

 Les objets connectés sont ainsi capables de travailler seuls grâce aux capteurs. Néanmoins, pour qu’ils puissent donner des informations aux utilisateurs, il leur faut une plateforme. C’est une sorte de tableau de bord qui permet d’agréger et d’analyser les données. La plateforme IoT peut donc servir à une entreprise qui peut la constituer grâce à des développeurs. Ou via un prestataire qui lui fournit une plateforme clé en main.

 

Les réseaux IoT

Quels sont les réseaux IoT ?

Les objets connectés, tels que nous les connaissons déjà, fonctionnent à la fois en Wi-Fi ou par le biais de la 2G/3G/4G et bientôt la 5G. Tout comme les capteurs. Mais tous bénéficient par ailleurs de réseaux spécifiques, très économes en énergie, appelés LPWAN (Low Power Wide Area Network) qui sont au nombre de 4 dans le monde :

  • LoRaWan (appelé Réseau LoRA), géré par un consortium, LoRA Alliance.
  • Sigfox, du même nom que l’entreprise qui l’a mis au point.
  • NB-IoT, lancé par SFR en 2019.
  • LTE-M, officialisé fin 2018 par Orange Business Services

 Fonctionnant de manière autonome par le biais de ces réseaux bas débit, les objets n’ont alors aucun besoin de maintenance pendant une très longue période.

Quid de la future 5G et de l’IoT ?

Attendue comme une révolution pour le réseau Internet mobile, la 5G n’a rien à voir avec les avancées précédentes comme la 4G. Car ici, il ne s’agit pas de vitesse à tout prix, même si elle peut aller 10 fois plus vite, mais de débit constant. De sorte que les besoins seront comblés, ni plus ni moins, et de manière constante, sans risque de coupure. Le réseau répond ainsi aux impératifs, comme en télémédecine. Avec l’Internet des objets, cette technologie est donc déjà fondamentale. D’autant plus que la 5G fonctionnera pour eux sur du bas débit.

Quel rapport entre IoT et la blockchain ?

 Dans les grandes lignes, la technologie blockchain vise, dans tous les domaines qui nécessitent des échanges d’informations, à certifier chaque étape et à automatiser la transmission de données. Et cela, en enregistrant toutes les actions sans que personne ne puisse les falsifier.

Pour l’Internet des objets, l’intérêt sera de rendre autonomes plusieurs objets s’échangeant des informations. Et, de cette façon, il sécurisera leurs actions et leurs données.

 

Comment profiter de l’IoT ?

Les spécialistes le répètent bien souvent : l’important n’est pas d’installer une solution d’objets connectés. Mais de lister ses besoins pour ensuite comprendre quelle solution peut y répondre au mieux.

Votre besoin concerne-t-il une économie d’énergie ? Un repérage des gaspillages ? Et/ou des outils vous permettant d’automatiser des gestes quotidiens qui prennent trop de temps ? Dans tous les cas, il faut avant tout contacter un prestataire spécialisé dans un domaine pour trouver les bonnes réponses en matière d’objets connectés et de capteurs.

Votre besoin en objets connectés concerne l’efficacité énergétique de votre entreprise ? Avec ses solutions innovantes et une plateforme personnalisée pour chacun des usages, Netseenergy vous accompagne dans votre changement.